Que dit le contrôle technique concernant les pneus ?

Aujourd'hui il existe 9 libellés concernant les pneumatiques dont 5 sont soumis à Contre-visite.

A partir du 20 mai 2018, 16 libellés possibles répartis en :

  • 4 défaillances mineures. Le contrôle est validé pour 2 ans.
  • 8 défaillances majeures. Délai de Contre-visite de deux mois.
  • 4 défaillances critiques. Interdiction de rouler sous 24h (Cela autoriserait le véhicule à être conduit dans un centre de réparation le jour du contrôle.). Contre-visite à effectuer dans les deux mois.

Les défaillances Mineures

5.2.3.e.1. Usure anormale :

  • Usure irrégulière de la bande de roulement sans atteindre les témoins d'usure.

5.2.3.f.1. Frottement ou risque de frottement du pneu contre d'autres éléments (dispositifs anti-projections souples) :

  • Distance insuffisante entre un dispositif souple et le pneumatique / la roue.

5.2.3.h.1. Le système de contrôle de la pression des pneumatiques fonctionne mal ou le pneumatique est manifestement sous-gonflé :

  • Pression de gonflage mesurée inférieure d'au moins 0,5 bar par rapport à la pression nominale.
  • Dispositif d'alerte actif (témoin allumé, message, etc.), contact sur ON.

5.2.3.i.1. La pression des pneumatiques est anormale ou incontrôlable :

  • Pression de gonflage mesurée supérieure d'au moins 0,5 bar par rapport à la pression nominale.
  • Valve ne permettant pas le contrôle.

Les défaillances Majeures

5.2.3.a.2. La taille, la capacité de charge, la marque de réception ou la catégorie de l'indice de vitesse du pneumatique ne sont pas conformes aux exigences et nuisent à la sécurité routière :

  • Non-conformité aux prescriptions ou marquages illisibles.

5.2.3.b.2. Pneumatiques de taille différente sur un même essieu ou sur des roues jumelées ou de types différents sur un même essieu :

  • Dimensions non prévues par le constructeur (base de données techniques OTC, documentation de bord, attestation d'identification avec caractéristiques ou en l'absence d'information, sites internet des manufacturiers) ou équivalentes (tableau TNPF).
  • Type non identique pour tous les pneumatiques montés sur un même essieu (marque, catégorie d'utilisation, structure, indices de charge et de vitesse). Si tous les pneumatiques du même essieu sont rechapés, seule compte pour la définition du type la marque du rechapeur à l'exclusion de la marque d'origine du manufacturier. Si des pneumatiques rechapés et non rechapés sont présents sur un même essieu, tous les pneumatiques ont le même type d'origine et le rechapeur est le manufacturier lui-même.

5.2.3.c.2. Pneumatiques de structure différente :

  • Structures non identiques pour tous les pneumatiques montés sur un véhicule (D diagonale, B ceinture croisée, R radiale, roulage à plat).

5.2.3.d.2. Pneumatique gravement endommagé ou entaillé :

  • Entaille, déchirure profonde, craquelures multiples ou hernie sur un flanc.
  • Entaille, déchirure profonde sur la bande de roulement dont la profondeur dépasse les sculptures.
  • Déformation, décollement ou usure très irrégulière de la bande de roulement.
  • Réparation inadaptée. Les seules réparations tolérées sur le flanc des pneumatiques sont :
    • les réparations qui font l'objet d'une vulcanisation à chaud ne laissant apparaître aucune pièce rapportée à l'extérieur. Un marquage REP est obligatoire si le véhicule est mis en circulation après le 1/1/2009 ou que la date de fabrication du pneumatique est postérieure au 1/1/2009,
    • les réparations par pièce champignon de moins de 3 mm de diamètre et uniquement pour des indices de vitesse ≤ T (190 Km/h).

5.2.3.e.2. L'indicateur d'usure de la profondeur des sculptures est atteint:

  • Hors témoins d'usure intermédiaires.

5.2.3.f.2. Frottement ou risque de frottement du pneu contre d'autres éléments (sécurité de conduite non compromise) :

  • Distance insuffisante entre un élément rigide et le pneumatique/la roue (ailes...). Dans le cas ou le pneumatique touche une partie du véhicule compromettant la sécurité de conduite, relever la défaillance critique 5.2.3.a.3.

5.2.3.g.2. Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences :

  • Retaillage de pneus non prévus (interdit pour les N1 et M1).

5.2.3.h.2. Le système de contrôle de la pression des pneumatiques est manifestement inopérant :

  • Sur un pneumatique, pression inférieure ou égale à 1,5 bar, non détectée par le dispositif de contrôle automatique de la pression des pneus.

5.2.2.d.2. Taille, conception technique, compatibilité ou type de jante non conforme aux exigences et nuisant à la sécurité routière :

  • Jante débordant de la carrosserie. NOUVEAUTÉ à partir du 20 mai 2018. Ce défaut sera soumis à Contre-Visite

6.2.10.c.2. Bandes de roulement insuffisamment couvertes :

  • Pneumatique débordant de la carrosserie NOUVEAUTÉ à partir du 20 mai 2018. Ce défaut sera soumis à Contre-Visite en point pneumatiques. C'est en partie saillante carrosserie que ce point était traité.

Les défaillances Critiques

5.2.3.a.3. Capacité de charge ou catégorie de l'indice de vitesse insuffisant pour l'utilisation réelle, le pneu touche une partie fixe du véhicule, ce qui compromet la sécurité de la conduite :

  • Exemple: Pneu neige avec un indice de vitesse inférieur à Q. NOUVEAUTÉ à partir du 20 mai 2018. Un défaut d'indice de vitesse sera soumis à Contre-Visite.

5.2.3.d.3. Corde visible ou endommagée.

5.2.3.e.3. La profondeur des sculptures n'est pas conforme aux exigences:

  • Profondeur inférieure à 1,6 mm sur au moins une mesure.
  • Différence supérieure à 5 mm entre les mesures minimales des pneumatiques d'un même essieu.

5.2.3.g.3. Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences : couche de protection de la corde affectée.